Bilan: caractéristiques, fonctions et limites

Après avoir lu cet article, vous en apprendrez davantage sur: 1. Les caractéristiques du bilan 2. Les fonctions du bilan 3. Les limites.

Caractéristiques du bilan:

Les caractéristiques du bilan sont énumérées:

(a) Un énoncé de position:

Un bilan est un état de position car il contient les actifs, les passifs et le fonds des propriétaires à un moment donné, indiquant la situation financière dans son ensemble.

b) Une déclaration périodique:

Etant donné qu’il est préparé à la fin d’une période donnée, c’est-à-dire la situation financière à une date donnée, il est appelé un relevé périodique. En bref, il présente la vision fidèle de l’état d’une entreprise à un moment donné.

(c) Un relevé des coûts non alloué:

Il s'agit d'un relevé de coûts non alloué en ce sens que les actifs qui figurent à la rubrique Actifs du bilan constituent une partie non allouée de divers coûts qui seront amortis à l'avenir.

d) Une déclaration complémentaire:

Il s’agit sans aucun doute d’un état complémentaire au compte de résultat et non concurrent.

e) Un rapport intermédiaire:

Bilan est un rapport intermédiaire, car il est préparé pour une période donnée uniquement en indiquant la situation financière. Mais l'entreprise a sa vie perpétuelle. Un rapport d’une année peut donc être considéré comme un rapport intermédiaire.

Fonctions du bilan:

Les fonctions d'un bilan sont:

(i) Un bilan présente la situation financière réelle d'une entreprise en indiquant les actifs (ressources) et les passifs (obligations) à une date donnée, tant pour le propriétaire que pour les tiers.

(ii) Il aide les investisseurs à connaître la capacité de gain de l'entreprise et le ratio de distribution de dividendes.

(iii) Il fournit également des informations précieuses sur l'existence de l'entreprise après avoir analysé avec les créanciers et les investisseurs certains ratios financiers grâce auxquels ils peuvent prendre les décisions qui s'imposent.

(iv) Il met également en évidence la solidité financière de l'entreprise vis-à-vis des créanciers afin qu'ils puissent examiner la capacité de remboursement après avoir analysé certains ratios (par exemple, le ratio d'endettement, le ratio de fonds propres, etc.).

(v) Une situation financière détaillée peut être connue si nous analysons et examinons les actifs et les passifs à une date donnée.

Il ressort clairement de ce qui précède qu’un bilan est un outil très important d’état financier pour les utilisateurs d’informations comptables, principalement pour les créanciers, les investisseurs et les actionnaires. Mais il ne faut pas oublier qu'un seul bilan pour une année donnée n'est pas suffisant du tout.

L'analyse du bilan ne sera significative et significative que lorsqu'une étude comparative (aux données des cinq dernières années) pourra être réalisée et qu'elle présentera sans aucun doute des informations précieuses.

Limites du bilan:

Le bilan n'est pas exempt d'accrocs. Certaines des limitations sont:

(i) Le bilan est établi sur la base du coût historique et, en tant que tel, ne présente pas les valeurs actuelles. Ainsi, il ne parvient pas à donner une image fidèle de la situation financière souhaitée par un analyste.

(ii) Un bilan est établi à la fin d'une période donnée, conformément aux exigences de la direction, lorsqu'il fait apparaître une situation très favorable. Ceci est particulièrement applicable dans le cas des entreprises saisonnières.

(iii) Parfois, le coût historique du bilan ne fournit aucune information utile à certains utilisateurs d’informations comptables. La même chose peut devenir utile avec l'application de l'analyse de ratio.

(iv) Le bilan est affecté par les méthodes comptables relatives à: la valorisation des stocks, la dépréciation des actifs, la provision pour créances douteuses ou douteuses, etc. Il devient donc nécessaire de divulguer ces méthodes.

(v) Parfois, un bilan ne peut pas montrer la valeur réelle de certains facteurs importants pour l'entreprise (compétences, expérience technique, etc.)

(vi) Parfois, un bilan est dressé, ce qui nous induit en erreur.

(vii) La valeur de certains actifs courants (par exemple, actions, débiteurs, etc.) est évaluée sur la base d'estimations qui pourraient ne pas toujours être valables à l'avenir. Ainsi, cela ne traduit pas la situation financière réelle.

(viii) En cas de situation inflationniste ou de modification du pouvoir d'achat de la monnaie, un bilan conventionnel nous induit particulièrement en erreur, car les actifs achetés à divers intervalles s'additionnent aux valeurs déjà modifiées.

(ix) Le bilan est préparé avec un grand nombre de tableaux d’actifs et de passifs pour diverses informations; encore, cela ne suffit pas. Une liste détaillée de ces actifs et passifs est nécessaire pour une analyse et une interprétation correctes.

(x) Un rapport financier conventionnel basé sur le bilan conventionnel n’est pas en mesure de faire la lumière sur le compte social qui est le besoin criant de la journée.